taxonomie

Le système de classification fut élaboré par Linné. Il est basé sur la langue latine. Ainsi le nom de la plante est universelle et le même partout dans le monde.

Carl von Linné (1707- 1778) est médecin et bontaniste suédois. Il fut le 1er a adopté la classification des végétaux fondée sur le système de reproduction.  Il fit adopter la nomenclature binomiale pour les végétaux et animaux. Il publia Systema naturae, Flora suecica, Fauna suecica, Philosopia botanica, Species plantarun.

 

La classification se fait comme suit :

Règne…> Division…> Classe…> Ordre…> Famille…> Genre…> Espèce…> Cultivar, Variété.

En 1753, Linné rédigea un ouvrage intitulé Species plantararum où il référençait 8000 plantes en utilisant sa classification. Afin de simplifier la lecture aux amateurs, deux termes sont principalement utilisés : le genre et l’espèce. Cette classification est alors appelée classification binomiale. Aujourd’hui encore, sur les étiquettes des pépinières, vous retrouverez principalement ces deux noms.

 

D'où viennent les noms ?

Les noms donnés proviennent des botanistes ayant trouvé la plantes, mais également fonction de la couleur, de la forme particulière des feuilles, des insectes qu’ils attirent, du lieu d'habitation… exemple : Prunella grandiflora fait référence à la forme grande des fleurs; Aster alpinus fait référence au fait que la plante vit dans les alpes

 

La famille

Elle regroupe les genres qui ont le plus de ressemblances entre eux, ils ont des caractères généraux en commun. La terminologie des familles chez les végétaux est –acées ou -aceae (dans le site). On distingue plusieurs grnade famille qui prédomine en France : Asteracea, lamiaceae...

 

Le genre

C’est le premier terme de la nomenclature binomiale. Ce nom est donc en latin, il porte une majuscule et ne contient pas d’accent. exemple : pour les centaurées toutes les centaurées se nommeront centaurea

 

L’espèce

L'espèce se définit comme une communauté d'êtres vivants interféconds (ou interfertiles, capables de se reproduire entre eux), pouvant échanger du matériel génétique et produisant des descendants eux-mêmes féconds

C’est le deuxième terme de la nomenclature binomiale selon Linné. Il s’écrit en minuscule, en latin et ne comporte pas d’accent et italique. Exemple pour les centaurées : Centaurea jacea;  Centaurea nigra, Centaura alpestris...

 

Le cultivar/ variété

Le cultivar est une variété de plante, qui est dit unique, souvent les cultivars ne se reproduisent pas par semence, contrairement à la variété. Ils sont alors dits stériles mais ils peuvent se bouturer (multiplication végétative). Ils sont obtenus par culture des végétaux.

Ces deux termes regroupent des individus d’une même espèce mais qui présentent encore des différences entre eux.
Des variétés sont obtenues en cultivant un panachage qui peut être dû à un virus, en modifiant le génome d’une plante, en cultivant et en faisant se reproduire une plante qui s’est modifiée naturellement lors de sa culture…etc Ils s’écrivent en guillemets simples et portent une majuscule. Ils sont souvent moins stables que l’espèce type. Ils différencient les noisetiers entre eux une « seconde fois »
exemple : Centaurea jacea subsp jacea, Centaurea jacea subsp grandiflora, Centaurea jacea subsp nigra...

 

 

Après le nom du genre et de l'espèce on met souvent une abréviation correspondant au botaniste qui a décrit le premier la plante.

exemple : Silene saxifraga L.

 

 

 

un peu d'histoire...

Le terme taxinomie fut créé en 1831, sous l'orthographe de « taxonomie », par le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle (1778-1841) dans sa Théorie élémentaire de la botanique ou exposition des principes de la classification naturelle et de l'art de décrire et d'étudier les végétaux, pour désigner dans sa « théorie des classifications » à la fois la méthode et ce qu'il a qualifié de « bases de la botanique philosophique »

Bien que, comme la méthode de Jussieu, elle utilise les binômes linnéens et préconise la « méthode naturelle » opposée au « système artificiel » de Carl von Linné, la taxonomie proposée par de Candolle s'en écarte par l'importance donnée aux coupures. Alors que pour Linné et Jussieu, la nature « ne fait pas de saut », Candolle insiste sur les discontinuités qui sont à la base de la notion de taxon, à la fois entité et coupure.

 

 

 

Floraciel, l'Eveil de Soi par guidance- soins floraux et soins harmonisants    la Fée des Chons

spampoison

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×